Nous avons actuellement plus de 235 visiteurs connectés sur nos sites (dont 17 sur generationmp3.com - 215 sur le forum)

Écrit par
Rémi

Musique : a-t-on vraiment le choix dans les supermarchés du…

Mardi 18 décembre 2007 à 10:20 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Aujourd’hui sur France Inter à 10:00 dans l’émission Service Public une émission sur les caractéristiques des différents acteurs de la distribution physique des disques avec Jean-Luc Treutenaere, directeur des produits éditoriaux chez Cultura et Laurent Rossi, directeur du Label Beggars France, et producteur (ex. Barbara Carlotti). Au programme un interview de Betrand Burgalat, patron du label Tricatel.


A vos téléphones pour poser des questions 01 45 24 7000.

Écrit par
Maurice Ronai

Le téléchargement a t il tué Wallen ? Etude de cas

Lundi 17 décembre 2007 à 18:08 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Dans l’article que Télérama consacre, dans son dernier numéro, à la crise de l’industrie du disque, Pourquoi le disque craque,, un passage m’a fait sursauter.

Il s’agit d’un propos de Marc Thonon, directeur du label indépendant Atmosphériques. Voilà le passage en question : « Je me suis rendu compte du problème en janvier 2005, se souvient Marc Thonon, directeur d’Atmosphériques. On avait un titre de Wallen, Donna, qui marchait très fort en radio, mais curieusement les ventes ne décollaient pas. Pascal Nègre, le patron d’Universal, qui distribuait le disque, a demandé à ses forces de vente de mettre le paquet, j’ai pris un peu de pub en radio et en télé. Toujours rien, au contraire, les ventes se sont mises à baisser ! Alors je suis allé voir sur Internet. Il existe un moteur de recherche qui recense le nombre de tentatives de téléchargement illégal, et là, j’ai compris. Il y avait plus de deux millions de demandes par semaine… ».

Avant d’aller plus loin, je prends la précaution de signaler que, sans le connaître, mais au vu de son parcours, j’ai plutôt de la sympathie pour le directeur du label Atmosphériques qui a fait connaître Louise Attaque, les Wriggles, les Wampas, Martin Rappeneau, Ghinzu. Et bien d’autres, dont Wallen.

Revenons donc aux propos tenus par Marc Thonon. «Il existe un moteur de recherche qui recense le nombre de tentatives de téléchargement illégal, et là, j’ai compris. Il y avait plus de deux millions de demandes par semaine… ». Deux millions de téléchargements par semaine ? C’est énorme. A l’inverse de ce que semble penser Marc Thonon, si Donna a généré deux millions de téléchargements, pendant combien de semaines, elle aurait vendu beaucoup plus de CD.

Plutôt que de contester le chiffre (pourtant douteux) des millions de téléchargements, essayons de comprendre pourquoi les ventes de Wallen n’ont pas atteint le niveau que Marc Thonon, en bon professionnel, avait escompté.

Seconde mise au point : elle concerne Wallen. Wallen n’a rien à voir avec les artistes jetables trop souvent mis en avant par l’industrie du disque. Wallen est l’une des figures marquantes d’un hip hop/R&B à la française, nourri de Funk mais aussi de variétés françaises. En 1997, elle sort un premier single «Je ne pleure pas». Son duo avec Shurik’N “(Celle qui dit non) l’a fait connaître en 2001. En 2002, elle est nommée aux Victoires de la musique pour l’album R’n'B de l’année. Les rappeurs se l’arrachent pour des duos (Rohff, Akhenaton, Psy4 De La Rime, Ärsenik, NAP, Sages Poètes de la Rue, Sniper, Don Silver et bien sûr Sulee B Wax ainsi qu’Abd Al Malik (son mari). Bref, le single Donna comme l’album “Avoir la vie devant soi”” auraient amplement mérité de figurer au premier rang des ventes de 2005.


Que s’est-il passé ?

Le premier single extrait de l’album est “Bouge cette vie”, « titre dancefloor en featuring avec le chanteur de Dancehall Lord Kossity ». Les fans de Wallen répondent présents dès la sortie du disque qui se classera 12ème vente dès sa sortie ! Les ventes de l’album, en revanche, sont poussives, mais remontent la pente grâce à des rééditions et à deux autres singles , “Donna” et “L’olivier” , largement repris sur NRJ.

On a donc un single, Donna, « qui marchait très fort en radio, mais curieusement les ventes ne décollaient pas. Pascal Nègre, le patron d’Universal, qui distribuait le disque, a demandé à ses forces de vente de mettre le paquet, j’ai pris un peu de pub en radio et en télé. Toujours rien ».

Le toujours rien est peut-être un peu excessif : 75 300 singles vendus selon Infodisc. Donna se classera même au 92ème rang des ventes en 2005. Et l’album “Avoir la vie devant soi” au 184 ème. Ce qui n’est pas rien.

En fait, la carrière du single Donna s’est jouée en quatre mois. Après être avoir être entré au 26ème rang du Classement des meilleures ventes de singles, fin novembre, Donna se hisse au 10éme rang, dans la deuxième semaine de janvier, se maintient parmi les 20 premières ventes en février, parmi les 60 premières ventes en mars, parmi les 100 premières ventes en avril et mai, avant de sortir du classement.

Schéma classique: les ventes décollent, suite aux passages radio, puis retombent. Pour soutenir les ventes, Atmosphériques et Universal, optent pour les recettes éprouvées : plus de passages radio, plus de publicités radio et télévision. « More of the same ». Sans inverser la courbe.

Pouvait-il en être autrement ?

Peut-être. A condition, probablement, de doser autrement l’effort commercial. Et d’adapter l’effort de promotion au nouvel écosystème musical.S’appuyer sur les fans (déjà nombreux) de Wallen qui s’activaient déjà sur skyblog.

Donna sort fin 2004. On compte alors déjà près de 24 millions d’internautes : 46,3 % de la population française au de 11 ans et plus. Fin 2004, on recense déjà plusieurs pages « non-officielles » et des sites de fans .

Blog dédié a WALLEN 1 vrai artiste koi! Wallen-musique sur myspace Wallen-style

A cette date, Wallen n’avait pas de page Myspace, ni sur skyblog. Elle disposait bien d’un site officiel, mais limité à un forum. Atmosphériques avait fait l’effort d’ouvrir une page Wallen sur son site …. Assez sommaire.Moins documentée et surtout moins à jour que l’article « Wallen » dans Wikipedia. ou la biographie de wallen-style. A noter, d’ailleurs, que les actualités de Wallen sur le site d’Atmosphériques n’ont pas été mises à jour depuis 2005. Rien sur ses concerts de 2006 et 2007. Ni sur sa participation à de nombreux autres albums

Si on se rend sur le site d’Universal, c’est pire. On n’y trouve aucune information sur Wallen.

Que l’on recherche le nom de l’artiste. Ou le titre du single. Inconnue au bataillon.



Bref : avant d’invoquer le « téléchargement », Atmosphériques et Universal devraient se demander s’ils ont vraiment fait ce qu’ils devaient faire pour accompagner les singles et l’abum de Wallen.


Maurice Ronai


PS : A l’attention de Pascal Nègre et de ses équipes.

Suite à la fin de l’association Universal-Atmosphériques, il vous revient désormais de gérer la carrière de Wallen. Vous devriez jeter un coup d’œil sur les forums où se retrouvent les fans de Wallen. Désorientés tout au long de l’année 2007, ils se perdent, depuis quelques semaines, en conjectures sur la date du prochain album de Wallen. Vous pourrez prendre la peine de les tenir un peu au courant !!!! Ce sont vos meilleurs alliés.

Selim : allé sur musiqueradio.com. On parle de notre wawa avec son tres atendu nouvel album !!!! kiss

Missy_Myriam_Is_Back : Ola ça me parait bizarre tout ça. Ils parlent de Mathilda et d’un album rap alors que ce n’est plus d’actualité. Puis d’après le Beni Snassen l’album serait pour septembre. Mais bon, je serai enchanté qu’ils aient raisons.

Amina : Oui a mon avis c’est vrai sa doit etre pour fevrier il on du avoir l’info par la maison de disque de Wallen entouka si c’est vrai sa fais plaisir. Il y’a une interview des BeniSnassen sur le magazine 5style le magazine es en telechargement sur le skyblog : Http://beni-Snassen.skyrock.com. Wallen parle un peu de son album, elle dit que Oh mon capitaine introduit l’album je sais pas si il sera dedans mais sans doute.

Sosolycious : sisi il sera dedans a mon avis

Aissa93 : trop présé pour l’album! elle déchire l’interview 5styles!

Yasmine93 : Alors Février ou Septembre?? Je suis impatiente d’écouter le 1er single!

Missy_Myriam_Is_Back : Je me fais du soucis tout de même. Si l’album est de la même veine que “Oh capitaine, Mon capitaine”, j’ai un peu peur. Parce que si j’ai bien aimé le titre, j’aurai sans doute du mal pour tout un album. Puis, je n’accroche vraiment pas à la prod. J’ai un peur… Mais bon, on verra bien.

Yasmine93 : Wallen à la prod elle ASSURE! Surtout la prod du son “Bil’in” feat Bil’in elle est trop bien!

Écrit par
Rémi

Good Cop - Bad Cop

Dimanche 9 décembre 2007 à 22:43 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Où le directeur du CERNA contredit le plus médiatique de ses chercheurs…


Pour toute personne intéressée par l’économie, il y a toujours quelque chose à gagner à faire l’effort de se lever avant 10:00 le samedi matin pour écouter l’éclairante et pédagogique émission Rue des Entrepreneurs de Didier Adés et Dominique Dambert. Titre de l’émission de ce samedi 8 décembre 2007, « Plus belle la vie dans le virtuel ? En tous cas, un monde qui vaut de l’or ». Un des principaux invités de cette émission, Gilles Le Blanc, professeur d’économie à l’École des Mines de Paris, directeur du CERNA et cosignataire de nombreux articles et ouvrages avec Mr. Olivier Bomsel dont j’ai analysé le dérapage la semaine dernière.


Alors devant son bol de café, on dresse l’oreille : va-t-on assister une nouvelle fois à la dénonciation des dérives « sectaires » des associations des consommateurs et la ridiculisation de leur « remèdes de bonne femme » ?


Que nenni et bien au contraire !!!


Morceaux choisis sous forme de verbatim commenté.


A Gilles Le Blanc de commencer « Dans le problème des contenus, le coût de production est nul donc on a une offre de contenu qui peut être potentiellement quasiment infinie. » Dominique Dambert, choquée par autant d’hétérodoxie, demande des explications, « Enfin le coût de production, il y a la matière grise quand même ? » A Gille Le Blanc de préciser : « Oui, il y a deux choses dans le coût de production, il y a le coût de fabrication du prototype donc d’invention de la musique, de rédaction d’un livre, de création d’un film qui est loin d’être nul en particulier dans le dernier cas. Le coût de distribution qui est quasiment nul et le coût de production qui comme il peut être maintenant amorti sur un nombre d’utilisateurs considérable, a tendance à baisser très fortement. Vous avez raison, il n’est pas nul mais il est devenu très faible donc il a du mal à servir de référent pour fixer un prix »


A Gilles Le Blanc de poursuivre : « Par contre l’offre étant devenue considérable, ce qui devient décisif pour ces biens là, qui sont des biens que l’on appellent d’expérience, c’est-à-dire, on ne peut pas savoir l’intérêt que l’on va trouver dans ce livre, dans ce film, ou dans cette musique avant de l’avoir entendu ou consommé une première fois, donc on ne sait pas du tout combien on est prêt à payer pour cela. Et donc ce qui est important c’est le service de signalisation, de conseil, d’orientation dans cette offre pléthorique pour nous amener vers les choses qui nous plaise et donc ce service pour se déployer et pour être vendu à un certain prix et bien il va fonctionner sur des logiques de réputation. Si ça a marché une fois ou si des amis vous le conseille, vous allez lui accorder une certaine valeur et donc un prix va pouvoir se fixer alors même qu’on n’a pas de référence, de comparaison matérielle classique. »


A ce moment là, je me dis que j’ai dû passer à côté de quelque chose. Mais Gilles Le Blanc ne me laisse pas le temps de reprendre mes esprits et enchaîne : « Dans le cadre du téléchargement, dont on parle beaucoup, il est clair que les niveaux de prix qui sont pratiqués aujourd’hui, qui sont des prix fixés dans des logiques de relation verticale entre les acteurs, correspondent mal à la demande et aux usages qui seraient souhaités par les utilisateurs et donc ça explique largement le décollage très très lent des offres, des plateformes de téléchargement légale au delà même de la concurrence du gratuit. »


En moins de trois minutes d’interview, Gilles Le Blanc s’inscrit en faux avec Olivier Bomsel mais aussi avec les recommandations de la Commission Olivennes.


Dans un premier temps, on peut tout de même s’interroger sur la subtilité sémantique de l’expression « concurrence du gratuit ». Mais il semble évident qu’à l’instant ou Gilles Le Blanc parle de « concurrence du gratuit », il ne fait pas référence au gratuit légal de type Deezer ou bien au gratuit autoproduit comme la musique disponible sur MySpace. Mais il fait bien référence ici, et si je me trompe je l’invite à me contacter au plus vite, à la « concurrence du gratuit » introduite par l’apparition des réseaux peer-to-peer.


Dans un second temps, on prend conscience que l’un des principaux co-auteurs de Monsieur Bomsel admet que les réseaux peer-to-peer ne sont pas les principaux responsables du décollage difficile des plateformes de musique légale. Il admet aussi que le niveau de prix de l’offre de contenus et l’inadéquation des caractéristiques de cette offre à la demande et aux usages est l’une des raisons les plus importantes.


Alors si on reprend l’ensemble des recommandations de la Commission Olivennes et que l’on essaye de repérer les recommandations qui correspondent à une volonté de faire baisser les prix de l’offre de contenus numériques et les recommandations qui visent à lutter contre le concurrence du gratuit. Nous faisons le constat suivant :



En considérant que l’abandon progressif des DRM correspond à une baisse des prix de l’offre de contenus numériques, sur les treize recommandations de la Commission Olivennes, deux correspondent à des engagements de baisse des prix et huit correspondent à la lutte contre la « concurrence du gratuit ». Gilles Le Blanc aurait été bien inspiré de partager ses conclusions de recherche avec son éminent collègue avant la rédaction finale du rapport Olivennes. Nous aurions pu ainsi éviter le non sens de cette liste de recommandations dont Gilles Le Blanc vient de démontrer l’inadéquation aux véritables déterminants de la crise que connaît l’industrie du disque.


Malgré le titre de mon post, je ne pense pas que la position de Gilles Le Blanc s’inscrive dans une stratégie de « bon flic – mauvais flic » avec Olivier Bomsel, je l’interprète comme le premier signe de la prise de conscience de l’impasse théorique, opérationnelle et juridique qu’implique le positionnement de leurs analyses sur les échanges de contenus sur Internet au cours des dernières années. Une nouvelle fois loin de moi l’idée de caricaturer la pensée de ces deux chercheurs qui ont montré dans certains de leurs ouvrages leur capacité à formaliser les enjeux de la numérisation au sein des industries culturelles (je recommande d’ailleurs chaudement à l’ensemble des lecteurs de ce post la lecture de l’ouvrage Le Dernier Tango Argentique, qui reste une référence pour l’ensemble des jeunes chercheurs dans le domaine) mais qui ont choisi dans le passé de recommander une approche de sécurisation des contenus et de répression des usages ne prenant en compte que les aspects industriels de l’impact de la numérisation des contenus et de leur distribution et d’exclure systématiquement la problématique de la demande et des usages.


Pour conclure, si le CERNA décide enfin de rejoindre une approche plus mesurée de la mutation actuelle, je les invite à prendre connaissance au plus vite des réflexions menées dans le monde académique et associatif sur le sujet et d’apporter leur expertise économique à l’ensemble des innovateurs français qui développent des applications afin de fournir aux consommateurs des moyens afin de se retrouver au sein de cette « offre pléthorique ». Car dans une économie où l’innovation est permanente et les usages non matures, l’analyse économique et sociologique est complexe et l’innovation est risquée. Il est, par conséquent, bien plus difficile de vendre aux acteurs de l’industrie en crise des concepts comme « importance de l’information », « bundling » et « abonnement » que d’essayer de recréer sur Internet la FNAC de Chatelet Les Halles avec ses vigiles à l’entrée, ses marqueurs numériques anti-vol et ses caméras de surveillance.


Pour finir une nouvelle fois par une pirouette historique, je vous propose de prendre connaissance du texte suivant : « Selling Wine Without Bottles: The Economy of Mind on the Global Net » écrit par John Perry Barlow. Au milieu de la lecture, je mets l’ensemble des lecteurs de ce post au défi de deviner en quelle année a pu être écrit cet article.


Afin de ne pas être taxé d’avoir perverti la pensée et les propos de Gilles Le Blanc, je suggère à chacun d’écouter gratuitement en podcast ou en streaming cette émission qui est disponible pendant 60 jours après sa diffusion radio sur le site de France Inter (pour info, l’entretien téléphonique commence à la 34eme minute). Je mets aussi en ligne un verbatim complet de l’entretien retranscrit par mes soins.



Écrit par
Maurice Ronai

L’innovation selon Denis Olivennes

Samedi 8 décembre 2007 à 16:49 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Le mot « innovation » ne figure pas une seule fois dans le rapport de la Commission Olivennes. Les mots « filtrage », « sanction », « avertissement », en revanche, apparaissent respectivement 54, 81 et 21 fois.

Le mot « innovant » revient, il est vrai, trois fois.

«Une telle orientation permettrait aussi de soutenir des entreprises innovantes françaises, très présentes sur les technologies en question, et de leur donner une bonne visibilité internationale sur un secteur porteur».

«De nombreux outils existent ou sont en cours de développement. Différents dans leur approche et donc dans leurs performances et limitations, ils sont proposés par plusieurs sociétés dont un certain nombre de groupes industriels ou de PME innovantes françaises.»

«S’appuyer sur un certain nombre de technologies innovantes prometteuses, récemment développées, qui n’ont cependant pas encore atteint le stade de leur pleine maturité.»

De quoi s’agit il ?

De la nouvelle génération de webradios, de plateformes de musique collaborative, de services de recommandation musicale ? A quelles quelles PME innovantes Denis Olivennes pense-t-il ? A Jamendo ? A Deezer, Radioblog, Zicabox ? A Songza, Jango, Jango, Muzikoo, musicmakesfriends ou Rkst ?

S’agirait il de MIST, une startup qui vient de mettre au point la seule technologie au monde qui permette d’obtenir un enregistrement multipiste entièrement cohérent à partir de n’importe quel enregistrement d’une base monophonique ou stéréophonique. Et qui vient d’inventer avec “SongCooker” une nouvelle manière d’écouter la musique.

Non. Les les technologies innovantes et prometteuses auxquelles pense Denis Olivennes sont des technologies de filtrage.

« Les mécanismes de filtrage par les FAI peuvent donc s’appuyer sur un certain nombre de technologies innovantes prometteuses, récemment développées, qui n’ont cependant pas encore atteint le stade de leur pleine maturité. »

La Mission Olivennes a auditionné huit fournisseurs de solutions techniques contre le piratage : Advestigo, Audible Magic, Thales Communications SA, CoPeerRight Agency, Institut national de l’Audiovisuel (INA), I-Tracing, LTU Technologies, Qosmos, Thomson.

Audible Magic est américaine. LTU Technologies est passée sous contrôle du japonais Jastec. L’INA, Thales Communications SA et Thomson ne sont pas vraiment des PME.

Parmi les quatre PME françaises, deux, CoPeerRight Agency et AdVestigo, spécialisées dans la détection de fichiers piratés ou celle des internautes, se traînent depuis des années devant les tribunaux pour violation de brevets.

Ce qu’il faudrait évaluer, c’est le nombre de PME qui s’exileront pour innover ailleurs si les recommandations de la Mission Olivennes devaient être mises en œuvre… Et surtout celles qui ne verront même pas le jour, du fait d’un environnement qui favorise les innovations de dissuasion (filtrage, surveillance) et qui stérilise les innovations de création et de participation.

Les startups françaises sont plutôt en pointe dans l’invention de nouvelles manières d’écouter et de personnaliser la musique : les radios personnelles.

C’est un consortium franco-allemand qui avait inventé le MP3, sur financement communautaire. Ce sont de jeunes ingénieurs de l’Ecole Centrale qui ont mis au point le VLC, format largement répandu pour la vidéo. Quant à l’inventeur français du DivX, il a du s’expatrier en Californie pour y créer une start-up.

Nous avons mieux à faire que d’orienter nos ingénieurs et nos entrepreneurs vers la mise au point de solutions toujours plus sophistiquées en matiére de filtrage.

Écrit par
Rémi

Haut les mains vous êtes CERNA !

Dimanche 2 décembre 2007 à 22:04 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Je ne voulais pas alimenter le débat sur le sujet du piratage des contenus sur Internet qui ne cesse de rebondir sans fin depuis l’apparition de Napster, mais le Rebonds d’Olivier Bomsel, économiste membre de la Commission Olivennes, publié dans Libération me pousse à me saisir de mon plus beau clavier pour donner mon avis.


Je ne m’attarderais pas sur le ton tristement péremptoire utilisé par Mr. Bomsel tout au long de cet article. Le registre des mots employés dans ce brûlot finit, à lui seul, par jeter le discrédit sur l’intégralité du travail entrepris par la Commission Olivennes, à moins qu’elle ne s’affranchisse rapidement des propos émis par l’un de ses membres constitutifs.


Essayons néanmoins dans ce post d’éclairer la genèse possible de cet article et d’insister conséquemment sur la nature biaisée et spécieuse des préceptes économiques qui ont pu alimenter au moins une partie des travaux et donc des recommandations de la Commission Olivennes.


Comme le souligne Alban Martin mais aussi de nombreux observateurs avisés du secteur comme Borey Sok ou Philippe Astor, le constat économique de la Commission Olivennes sur l’état de l’industrie de la musique et du cinéma en France est faux.


Pourquoi ?


Parce qu’il est basé sur une vision du secteur développée par Olivier Bomsel et le CERNA depuis 2004.


Depuis 2004, Olivier Bomsel et le CERNA développent l’idée selon laquelle la pénétration du haut-débit en France est la cause principale du téléchargement massif et illégal de contenus musicaux et vidéos sur Internet. Cette vision a été développée au cœur d’un rapport intitulé “Enjeux économiques de la distribution de contenus” publié en janvier 2004. A l’époque en se basant sur la mise en évidence de la corrélation entre le taux de pénétration du haut-débit en France et l’augmentation du nombre d’usagers du peer-to-peer, le CERNA proposait comme solution au piratage la taxation de l’upload. Ce rapport avait été alors vivement critiqué par de nombreux économistes qui avaient fustigé dans le texte la naïveté de la proposition réglementaire et la légèreté des raisonnements économiques exposés. Malgré ces critiques et sans mise à jour de leurs analyses économiques, le CERNA s’est évertué à développer des travaux de recherche et, ce qui est plus grave, des recommandations réglementaires sur le sujet. Pour preuve, on retrouve cette hypothèse de travail fallacieuse dans des documents de travail du CERNA publié en Novembre 2005 soit plus de deux ans après la critique initiale.



Pour comprendre pourquoi le CERNA et Mr Bomsel s’accrochent à cette logique, il est nécessaire de comprendre le fondement de leur raisonnement économique. On le trouve exposé sur le graphique suivant extrait de l’un de leurs documents de recherche :



Que dit le graphique précédent ? Il prétend que le peer-to-peer, c’est-à-dire l’accès à des contenus musicaux et vidéos gratuits, est une subvention à l’accès à Internet. En d’autres termes, la demande pour le haut-débit serait plus élevée parce que les consommateurs anticiperaient la consommation gratuite de biens culturels. Le CERNA en conclu donc que les principaux bénéficiaires du peer-to-peer sont les fournisseurs d’accès à Internet d’où la recommandation de taxation de l’upload de 2004 et la notion que défend Olivier Bomsel de pillage numérique de l’industrie culturelle par l’industrie des réseaux.


Cette vision est élégante, didactique, médiatique voire bankable comme on dit dans l’industrie du contenu. Plus de haut-débit, plus de piratage et son corolaire : plus de piratage, plus de haut-débit.


Si cette rhétorique n’a pu aboutir en 2004 à la mise en place de la taxation de l’upload, elle se retrouve aujourd’hui sous la plume de Denis Olivennes, qui par exemple lors de son chat avec les internautes de Libération déclare : « on sait que le piratage développe internet » ou bien « la disparition de 40% des revenus de la musique en cinq ans, en France, s’explique tout de même principalement par l’explosion du piratage grâce à internet à haut débit sic ».


Que Mr. Olivennes n’ait pas suivi l’ensemble de la recherche académique sur ce sujet au cours des quatre dernières années n’est certes pas condamnable en soit. Au moins aurai-t-il pu demander à l’économiste de sa commission de lui fournir une revue de la littérature à jour au lieu de se baser presqu’exclusivement sur un article daté de 2004. Car, au cours des quatre dernières années, aucun article économique « sérieux » c’est-à-dire publié dans une revue scientifique à comité de lecture n’a pu montrer de façon convaincante que la baisse des ventes de disques était liée au haut-débit et à l’usage du peer-to-peer. Les controverses au sein de la communauté académique ont d’ailleurs été fortes comme en témoigne l’empoignade méthodologique Stan Liebowitz Vs. Oberholzer-Gee.


Constat d’échec sévère donc pour le monde académique qui se retrouve dans l’incapacité de démontrer l’existence et de mesurer l’ampleur d’un phénomène qui nous est décrit de manière aussi simple par la Commission Olivennes.


Face à cet échec relatif des économètres, la seule quasi certitude est que le phénomène de substitution entre ventes de CD et l’usage des réseaux peer-to-peer est bien plus complexe que ce l’on veut bien nous le laisser entendre. Aucune approche économétrique sérieuse ne permet, à l’heure actuelle, d’incorporer l’ensemble des éléments structurants des nouveaux rapports qu’entretiennent les consommateurs avec la musique numérique.


Alors devant l’échec des économètres à statuer sur le sujet, faisons néanmoins l’hypothèse que le haut-débit et le peer-to-peer sont responsables de la baisse des ventes de CDs. Comme il est difficile pour un économiste de l’INSEE d’annoncer que l’inflation n’est pas aussi forte que le sentiment d’inflation, le bon sens ne nous permet pas de nier que l’industrie du disque a vu ses revenus diminué de plus de 40% au cours des dernières années et qu’elle est actuellement en situation de crise.


Face à cette industrie en crise, tout économiste chargé de mettre en place un de soutien visant à accompagner les impacts de la numérisation des contenus et des moyens de diffusion sur les industries culturelles n’utilise plus alors l’économie comme science positive (i.e une science qui me permet de décrire et analyser un phénomène économique) mais comme science normative (i.e une science qui me permet de rendre « le monde meilleur » comme le dit Jean Tirole Médaillé d’Or du CNRS). Dans un cadre normatif, l’objectif n’est certainement pas de maximiser seulement le surplus du producteur, i.e le profit des entreprises. Il s’agit de maximiser le bien-être social (concept normatif barbare inventé par les économistes publics afin de mesurer l’efficacité d’un marché). Le bien-être social est la somme du surplus des producteurs (i.e la différence entre le prix facturé au consommateur et le coût de production du bien vendu pour la quantité vendue sur le marché) et du surplus des consommateurs (i.e la différence entre le prix payé par le consommateur sur le marché et sa volonté à payer pour le bien). Hors dans les analyses du CERNA, le consommateur et l’augmentation de son surplus lié à l’utilisation du haut-débit et des réseaux peer-to-peer est systématiquement occulté. Ce choix méthodologique est étonnant car des travaux académiques ont justement montré que l’augmentation du surplus du consommateur est supérieure à la perte des revenus de l’industrie (Rob & Waldfogel 2006).


En outre, pour les plus économistes des lecteurs, il peut être utile de rappeler que l’utilisation d’un modèle ou seul compte la maximisation du surplus du producteur, découle d’une hypothèse de rationalité typiquement monopolistique. Cette hypothèse fait fit par conséquence, du fait de sa puissance sur le marché (du fait de l’absence de concurrence), des « sectes de charlatans » que représentent par exemple les associations de consommateurs et telles que les qualifie Mr Bomsel.


Cette négation, voire ce déni du consommateur comme élément essentiel de l’analyse de l’efficacité d’un marché est troublante de la part d’un économiste comme Mr Bomsel qui se retrouve impliqué dans le cadre de la Commission Olivennes dans des décisions d’intervention publique.


Sans vouloir douter de l’intégrité de Mr Bomsel et pour soutenir notre propos, on ne peut néanmoins s’empêcher de signaler que Mr. Bomsel est aussi producteur de contenus audiovisuels comme l’indique sa bio personnelle et sa fiche IMDB et qu’une partie de ses travaux de recherche ont été financés dans le cadre du projet européen Medianet et du Projet RIAM-ANR CONTAGO et CONTAGO2 au sein desquels sont impliqués de nombreux acteurs de l’industrie culturelle en place. Ces deux éléments peuvent à leur tour expliquer le parti-pris théorique adopté par ce dernier.


Par conséquent et pour synthétiser le raisonnement exposé, la Commission Olivennes tout d’abord part d’un constat économique « invérifiable » au sens académique et ensuite met en place des recommandations qui ne prennent en compte que la composante industrielle du marché. L’article publié par Olivier Bomsel dans Libération vient confirmer cette analyse. Plus troublant encore, le ton employé par Olivier Bomsel fait courir un risque à la mise en place des recommandations émises par la Commission Olivennes. Commission qui avait choisi contrairement aux initiatives passées une approche non arrogante dans leur communication. Dommage…


Reste que huit ans après l’apparition de Napster, on peut s’interroger sur le manque d’innovation de cette industrie qui n’attend comme seul sésame à sa survie : la pénalisation de ces futurs consommateurs, le verrouillage de l’innovation dans le domaine de l’accès à la musique numérique et le verrouillage des conditions d’usage de la musique numérique. Entre temps les artistes font toujours de la musique ; et je parle là de tous les artistes, non pas uniquement de ceux signés qui produisent, enregistrent et se produisent en concert. Alors bien sûr ces derniers ne sont pas tous bénéficiaires de la SACEM, ni ne touchent d’avances sur enregistrement de la part d’Universal. Ils sont toutefois disponibles pour tous les consommateurs de façon gratuite sur des plateformes comme MySpace, Airtist, SoundTribes, Jamendo, CQFD, Wizz, Dailymotion et Youtube . Certaines de ces plateformes pensent à les rémunérer ou à les programmer en concert s’ils ont du succès.


Alors oui, toutes ces initiatives sont bancales, économiquement non viables et surtout méprisées par les institutionnels en place qui se permette de déclarer « citer moi 10 ou 100 artistes qui vivent de la musique sur Internet ». Je prends le pari que demain les artistes les plus motivés d’entre eux trouveront les moyens de leur démontrer que ce n’est pas la culture que l’on assassine mais bien l’apparition d’une nouvelle forme d’expression culturelle au sein de laquelle la France devra aussi trouver sa place sur la scène internationale.


Pour conclure, je voudrais donner un éclairage historique à cette lutte fratricide qui existe entre les producteurs de contenus et les développeurs de technologie depuis l’apparition de Napster. Cette perspective est tirée d’un livre de Edward J. Epstein sur l’industrie cinématographique aux USA intitulé The Big Picture et qui traite dans son premier chapitre de la naissance d’Hollywood. D’après l’auteur de ce livre, Hollywood a été en partie créé par Adolph Zucker (futur fondateur de la Paramount) qui dans les années 1900 décide de traverser les Etats-Unis de la côte Est à la côte Ouest pour échapper au brevet de Thomas Edison sur les caméras, les projecteurs mais aussi la fabrication des pellicules de cinéma. A l’époque les avocats d’Edison poursuivait systématiquement l’ensemble des producteurs de films qui essayait d’échapper aux brevets. La police coopérait activement afin de saisir les contenus pirates et empêchait la distribution des films produits. En plus de ces problématiques liées aux brevets technologiques, l’auteur note que l’exil d’Adolph Zucker était aussi motivé par des raisons « idéologiques et culturelles ». Les représentants d’Edison étant en majorité des membres de l’establishment américain alors que l’ensemble des producteurs de films étaient des nouveaux immigrés venus d’Europe. En 1916, il fonde à Hollywood la Paramount.

Toute ressemblance avec une situation actuelle et des acteurs en présence serait purement fortuite…



Rémi Douine, Doctorant en Sciences Economiques à Télécom Paris et membre du bureau des Catalyseurs Numériques. Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que son auteur.

Écrit par
Sylvie

Facebook music arrive la semaine prochaine!

Vendredi 2 novembre 2007 à 22:57 | Dans la catégorie Opinions / tribune

Une grosse rumeur outre-atlantique nous informe que Facebook serait sur le point d’ouvrir un service de musique pour concurrencer iTunes et MySpace !

Facebookmusic


Lecteur, toi qui maîtrise l’anglais fingueur ine ze noze, je te laisse le soin de lire l’article en question ICI



Extrait : Major and independent label artists and will register their sub-domain name through Facebook. Like “www.facebook.com/insertbandnamehere

Écrit par
Sylvie

Chat avec Catherine KERR-VIGNALE: "Gratuité de la musi…

Mercredi 10 octobre 2007 à 19:39 | Dans la catégorie Opinions / tribune
Catherine KERR-VIGNALE, Membre du Directoire de la Sacem, directeur des relations avec la clientèle répondra aux questions des internautes, à l’occasion du Chat organisé simultanément sur www.sacem.fr et www.lesechos.fr le vendredi 12 octobre 2007 de 15h à 16h.

Les internautes peuvent poser leurs questions dès 9h sur le thème:
“Gratuité de la musique : qui paye ?”
La Sacem au cœur des nouveaux modèles économiques
Comment situer les créateurs de musique dans les nouveaux modèles économiques ?

LIRE LE CHAT


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail