Nous avons actuellement plus de 77 visiteurs connectés sur nos sites (dont 11 sur generationmp3.com - 63 sur le forum)

Écrit par
borey

PODCAST VIDEO: Interview Part. 2 de Gregory Jost - Responsab…

Mercredi 14 mai 2008 à 14:21 | Dans la catégorie Interviews

Au menu:

* Le partage des revenus générés par Last FM
* Les sources de revenus de Last FM: la publicité, l’affiliation et l’abonnement
* L’acte d’achat après une écoute sur Last FM
* Le téléchargement
* Last FM distribuera t’il de la musique financée par la pub?
* Des détails sur l’abonnement
* La concurrence

A noter que Last FM vient juste de conclure un partenariat avec AOL afin que le portail puisse utiliser la technologie et le contenu Last FM. Les utilisateurs d’AOL pourront alors bénéficier de tous les servies que Last FM propose. Pour Jonathan Lister, Vice Président Sénior des Opérations d’AOL Europe, «Ce partenariat permettra aux utilisateurs d’AOL de découvrir de nouveaux morceaux et genres musicaux, tout en participant à une communauté musicale mondiale». Au regard de la stratégie de contenus développée par AOL, il précise : «La monétisation des contenus est aujourd’hui un facteur clé pour le succès d’AOL. Le fort engagement des utilisateurs de ce site nous permettra de développer son potentiel de valeur». Martin Stiksel, cofondateur de Last.fm, a déclaré : « Nous nous réjouissons de nous associer à AOL en Europe pour alimenter leur plateforme de radio en ligne. grâce aux millions de pistes de notre catalogue, nous offrons un service unique de découverte et de réécoute de musique. Cela nous permet d’apporter une interactivité révolutionnaire à des sites de radio en ligne comme celui d’AOL. Nous sommes très heureux qu’AOL ait reconnu que l’expérience musicale inégalée que nous proposons constitue l’avenir de la radio en ligne».

Écrit par
Sylvie

Zaploop: zape la boucle

Mardi 13 mai 2008 à 21:20 | Dans la catégorie Interviews

Julien Fauroux nous présente Zaploop, un service qui rend au fan ce qui est au fan… Explications, écoutez le podcast

 

 

Zaploop a été crée quand? Quelle équipe compose le service? Quel est le mode de financement du projet? D’où vient le nom de Zaploop? C’est de l’affiliation? de la superdistribution? de la micro-distribution?
Les marges sont faibles dans la distribution classique… Vous touchez combien? vous redistribuez combien? Qui fixe le prix du titre?

 

Ce sont des modèles qui changent des distributeurs classiques type FNAC avec seulement 1 cent de marge… Vont-ils uniquement travailler avec des artistes indépendants?

 

Quelle est la taille du catalogue? (10.000 artistes en base et 3000 en ligne actuellement). Quel est le format de vente? MP3? A date Zaploop compte 5000 fans. Des tournées sont-elles prévues? Comment tracer les ventes? Comment acheter, faut-il quitter la page de l’artiste?

 

Celui qui est rémunérer est le vendeur ou l’acheteur? Ca marche uniquement avec Paypal pour les reversements? Qui prend en compte la commission de Paypal?

 

La distribution à l’unité est remise en question par des modèles type streaming ou abonnement, pourquoi penser que Zaploop est un modèle gagnant? L’équilibre financier est prévu pour quand?

 

Zaploop_comment_ca_marche

No tag for this post. 1,878 Vues 0 commentaire Partager Envoyer à un ami
Écrit par
Sylvie

Starzik lance la carte diamant à 2M€

Jeudi 8 mai 2008 à 23:02 | Dans la catégorie Interviews

STARZIK.JPG

 

Starzik, le 1er site indépendant de téléchargement légal en Europe, crée l’événement en lançant une carte ornée d’un diamant, unique et exclusive, à 2 millions d’euros permettant aux internautes les plus démesurés de télécharger la totalité de son catalogue numérique : plus de 2 millions de titres (provenant de plus de 20 000 labels situés sur les 5 continents) pour ainsi détenir la plus gigantesque discothèque privée numérique jamais constituée !
La vente des titres devra se faire dans le cadre d’un usage privé uniquement, depuis le territoire français. Pour commander merci de prendre contact par mail : twomillion@starzik.com

 

Blague? pas blague? Jérôme Giachino, PDG et fondateur du site nous répond en personne…

 

 

Explications sur la carte… Quels sont les objectifs en nombre d’acheteurs [arf arf arf]? Chez Starzik, la musique est toujours payante directement par le consommateur? La position tenue par Jérôme Giachino qui est distributeur, ressemble plutôt à une position de producteur… Pourquoi?

 

Les chiffres actuels: 1,4 million de visiteurs, 4 millions de pages vues, 4 millions de titres en catalogue dont 2,5 dans DRM ! Mais il n’y a pas que de la musique sur Starzik? Est-ce que le service est rentable? Jérôme nous parle du “tremplin grandes écoles“? Est-ce que Starzik pourrait aller vers des modèles liés à la pub ou des modèles de forfait? Que pense-t-il de WE7 ou Airtist? Pourquoi le modèle pub n’est que la cerise pour Starzik? Pourquoi les dirigeants vont réduire les budgets pub comme peau de chagrin? N’est-ce pas trop tard d’expliquer aux jeunes qu’il faut payer la musique? La solution pourrait-elle venir du “sans DRM”? L’observatoire de la musique à fait un état des lieux de la musique… est-ce que Starzik est dans ce benchmark? Toutes les distributeurs numériques annoncent un taux de marge à 1 cent d’euros… Si Starzik est rentable, combien de titres on été vendus? Quel % du chiffre d’affaire est généré par la musique?

No tag for this post. 2,572 Vues 0 commentaire Partager Envoyer à un ami
Écrit par
borey

PODCAST VIDEO: Interview de Gregory Jost - Responsable Franc…

Dimanche 4 mai 2008 à 16:38 | Dans la catégorie Interviews

Interview de Gregory Jost, responsable France de Last FM !!!! Une interview en 3 parties donc voici la première…

  • Rappel de ce qu’est Last FM
  • Last FM en chiffre
  • Le système de recommandation
  • La relation entre Last FM et les labels
  • L’intérêt marketing de Last FM
  • Le financement des artistes
  • Last FM et les sociétés de gestion collectives des droits

Écrit par
vivamusica

Innovation web selon MusiClassics

Mercredi 30 avril 2008 à 10:27 | Dans la catégorie Interviews, Start-Up Musique

La musique en ligne vient de franchir une nouvelle étape avec MusiClassics.
Comme son nom l’indique, ce site est dédié à la musique classique. Ce projet est née d’un tandem original, Jean-Hugues Allard un anciens des majors (dont Philips, Sony Classical et Erato) et Samer Roueih, musiciens passionné mais avant tout spécialiste des NTIC.

 

Rencontre avec Jean-Hugues Allard :
Sont abordé dans cette interview le concept MusiClassics, la qualité sonore, le remodelage des pistes, e business model, l’écoute en ligne, le choix du DRM, les projets internationaux,
les premiers retours, la sélection musicale, la concurrence, les autres projets.

 

MusiClassics innovent sur plusieurs niveaux. De quoi alimenter en idées les autres plateformes généralistes.Voici les principales innovations de MusiClassics :

 

Le son :
les oeuvres originales ont été coupées pour en faire des pistes. Il n’est pas rare de voir une piste par mouvement. MusiClassics recompose les fichiers audio selon l’œuvre originale. Une authenticité et un confort d’écoute sans commune mesure.

L’édition :

Un gros travail éditorial accompagne chaque œuvre. Un système de guide par thèmes, époques et actualités permet aux profanes comme aux spécialistes, de trouver chaussure à son pied.
L’équipe éditoriale en dit long sur l’ambition du site. On retrouve les journalistes spécialisés Alain Cochard, Jean-Charles Hoffelé, Jean-Marie Piel (ancien directeur de Diapason) et l’incontournable Frédéric Lodéon, ( le Monsieur Classique du service public). Ce collège d’expert note les plus beaux enregistrements selon des critère artisques, produisent les bios et les informations dédiée à chaque oeuvre, édite les news et permettent un bon référencement des oeuvres.

La qualité :

Compressés en WMA à 320k/s, les morceaux sont écoutés et notés pour informer le mélomane de la qualité d’enregistrement de l’œuvre. Ce point de vue technique complète donc un point de vue artistique.

Le référencement :

Les œuvres sont classées par genre (récital, opéra, concerto…), par époque (classique, baroque…) par instruments (lyrique, orchestre, violon, piano…), par compositeurs et par interprètes et/ou chef.
Ce site est à mon sens le meilleur outil pour découvrir les différentes interprétations d’une même œuvre. Taper le titre de l’œuvre et toutes les versions apparaissent avec la mise en avant de l’interprète et de la date d’enregistrement. Idéal.

 


La tarification :

Pas de prix unique à la piste mais un coût à la durée, environ 6€ la demi-heure. Le tout est accompagné d’une offre découverte de 10 heures / 10 € en streaming en 320kb/s.
À noter l’existence de téléchargement gratuit pour (re)découvrir les grands classique et surtout l’écoute d’extrait lui aussi de bonne qualité qui dépasse la minutes 30, un plus pour le classique.

 

Voilà dont un site 100% classique qui répond aux attentes des internautes mélomanes. On peut regretter un catalogue « encore petit » dû à la durée de mise en ligne. En effet, chaque œuvre est écoutée, notée, informée et classée, une étape indispensable faite à la main.
Actuellement, seules les majors sont présentes ce qui laisse l’internautes avec les enregistrements des plus grands noms du classique. Les indépendants sont en cours de numérisation. Une bonne nouvelle.
À donner de l’info, on devient exigent et c’est le principal problème de ce site. Pour la première fois sur Internet, on a les informations principales d’une oeuvre et des outils performants pour les écouter, les comparer et les rechercher. Je regrette donc l’absence de livret pour les opéras. Ne pas connaître la distribution complète d’une œuvre lyrique devient un peu frustrant.
Enfin, on peut regretter le format wma avec DRM, obligatoire pour exploiter le catalogue des majors ais pénalisant pour les utilisateurs d’Apple.

 

La sortie de MusiClassics précède de peu l’arrivée du nouveau site de medici.tv. En cette année 2008, la musique classique est bel et bien au cœur d’Internet.

Écrit par
Sylvie

Télécharger sur MySpace

Samedi 12 avril 2008 à 14:25 | Dans la catégorie Interviews

Découvre cette vidéo : “Télécharger sur MySpace, ce n’est qu’un début”

No tag for this post. 2,336 Vues 0 commentaire Partager Envoyer à un ami
Écrit par
Sylvie

David Vidal d’Ibernatus: j’ai inventé les (blog me) SITE

Mercredi 26 mars 2008 à 22:49 | Dans la catégorie Interviews

David Vidal vit à Angers et depuis maintenant 2 ans, via Ibernatus, il fait des (blog me) SITE pour les artistes! Et c’est absolument génial!

David nous parle d’Ibernatus qui est un studio de communication interactive dédié aux professionnels de la musique et du divertissement. Il a travaillé pour NTM, Daft Punk, Francis Cabrel, Amel Bent, Benjamin Biolay, Rose, Daft Punk…

Ibernatus réalise des sites internet complet mais aussi des (blog me) SITE… Explications! Il en existe une quinzaine!

Comment les labels travaillent avec Ibernatus sur ces formats? Que peut-on faire de particulier avec les (blog me) SITE? Y-a-t-il des statistiques pour les labels?

Quid de l’équipe Ibernatus? Comment fait-on pour trouver les (blog me) SITE et les mettre sur son blog? [on les retrouve aussi sur FaceBook]

On sent une ébullition en terme d’innovation sur les services liés à la musique en France… Quelle est l’analyse de David sur le sujet? Quid de sa stratégie pour l’Europe? Ou en dehors du secteur de la musique? Que peut-on lui souhaiter pour 2008?

Pour joindre David: Contact_ibernatus_2

No tag for this post. 2,294 Vues 0 commentaire Partager Envoyer à un ami


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail