Nous avons actuellement plus de 221 visiteurs connectés sur nos sites (dont 20 sur generationmp3.com - 196 sur le forum)

Écrit par
xavier

Observatoire de la musique

Mercredi 13 février 2008 à 15:00 | Dans la catégorie Non classé

www.cite-musique.fr

L’Observatoire de la musique vient de publier une étude sur “l’Etat des lieux de l’offre numérique” à laquelle j’ai eu le plaisir de collaborer :
http://observatoire.cite-musique.fr/observatoire/document/MNUM_ETATDESLIEUX%20_S22007.pdf

Pour faire évoluer ses travaux concernant le marché de la musique numérique, l’Observatoire de la musique propose, d’établir en 2008, au sein de la Cité de la musique, une veille professionnelle sous la forme d’un état les lieux de l’offre numérique, du point de vue des usages. Ce dispositif se veut une plateforme à laquelle devraient participer les secteurs professionnels afin de disposer d’un outil évolutif et objectif au regard des multiples propositions commerciales offertes aux utilisateurs…. 

Bonne lecture,

Xavier FILLIOL

No tag for this post. 8,269 Vues Partager Envoyer à un ami Imprimer cet article

2 commentaires

  • Sylvie 13 février 2008 à 16:52

    En décembre 2004, on avait accès à une première étude sur le sujet

    Partant d’une déclaration de Gilles Bressand, Président du Snep : « Le Peer-to-peer, c’est le TOP 50 à 80% », Smalldj.com a mené une étude pour mesurer si effectivement l’offre de musique en ligne répond à cette affirmation.

    Cette étude a été réalisée à une date clef, le 10 octobre 2004, soit à la fin de la semaine où les poursuites judiciaires contre les Internautes ont été médiatisées. Elle concerne le classement des ventes d’albums de singles dressé par l’institut Ifop entre le 26/9/04 et le 2/10/04. Chacune des références a été recherchée sur les cinq sites de téléchargement les plus connus : iTunes Music Store (France) édité par Apple, Sony Connect Europe, Virgin Mega, e-Compil édité par Universal et enfin Fnacmusic.

    Les conclusions de l’étude :

    1- l’offre de musique en ligne est maigre :
    · iTunes Music Store (iTMS) ne met à disposition des internautes que 40% des trente albums les plus vendus en France et 36% des singles du TOP 50©. (13% pour Sony Connect des albums trouvés !)

    · Par ailleurs, les sites de téléchargement légal ne proposent souvent qu’une infime partie des titres de l’album CD. Ainsi, le disque «Les Animals» de Mano Solo se voit amputé de dix à douze de ses titres selon le magasin : l’album en comporte treize.

    2- les prix sont incohérents:

    · Les albums à 10 euros offerts par les sites de téléchargement légal entrent en concurrence avec les albums CD «Mid Price» que l’on trouve à moins de 9 euros. Ainsi, le CD «Diamonds on the inside» de Ben Harper ne coûte que 8,99 euros sur Fnac.com contre… 9,99 euros sur Fnacmusic.com.

    La dernière production de cet artiste, «There will be a light», n’était d’ailleurs pas disponible sur ce dernier site.

    3- Les conditions et les droits d’utilisation des titres achetés sont restreints :

    · Le consommateur n’a aucune liberté avec la musique qu’il vient de télécharger sur ces service : nombre de gravures limitées, transferts sur baladeur cadenassés et perte des titres achetés légalement lorsque l’on change de micro-ordinateur.

    · Les problèmes de compatibilité viennent s’ajouter : les fichiers téléchargés depuis iTunes ne sont compatibles qu’avec l’iPod, les fichiers téléchargés ailleurs ne sont ni compatibles iPod, ni compatibles Mac. En outre, beaucoup de baladeurs mp3 ne peuvent jouer de tels fichiers…

    · Seul VirginMega communique à propos des conditions et droits d’utilisation…

    Comme quoi, ça avance vraiment lentement!!

  • vivamusica 14 février 2008 à 10:34

    Des sites comme Emusic et Starzik sont bien plus réactifs. Malgré leur jeune age sur le marché, ces deux sites (mais ils ne sont pas les seuls) ont une vision à long terme du marché du download. FLAC OGG MP3 sans DRM pour Starzik, gros travail éditorial et de métadonnées pour Emusic. Tant qu’ont cherche à (re)inventer le disquaire numérique, les choses bougeront.

    En route pour “l’après fin des DRM”. Bravo pour cet excellent travail !

    PS : Neomusicstore fait aussi parti de ces “novateurs” (n’est ce pas Sylvain ?)

Flux RSS des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre

2 trackbacks



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail